Réflexion

La Bible et l’écologie

Publié le 27 janvier 2016

Lecture : Psaume 8

La crise la plus importante que l’humanité devra affronter en ce vingt-et-unième siècle est la crise écologique. Bien plus important que la guerre ou le terrorisme, l’éclatement de la société ou l’effondrement économique – toutes crises plus immédiatement visibles et plus bruyantes auxquelles il contribue en réalité – le délitement du magnifique système qui assure notre vie sur cette planète met en danger notre existence même.

De notre vivant, nous assistons à la période d’extinction des espèces la plus importante de tous les temps. Chacune des espèces est une expression unique du dessein de Dieu, ciselée et façonnée pendant des millions d’années, et leurs sublimes formes de vie disparaissent, bien souvent avant même que nous ayons connaissance de leur existence ou du rôle qu’elles jouent au sein du tissu de la nature voire dans le maintien de notre bien-être. Depuis que la vie existe sur terre, il y a toujours eu des extinctions d’espèces, mais cette fois-ci on observe deux différences de taille. Jamais auparavant, un si grand nombre d’espèces n’a disparu à une aussi grande vitesse.1

Et tout cela est le fait d’une seule espèce – la nôtre ! Nous épuisons les ressources de la terre, polluons l’eau douce, transformons les terres fertiles en désert et remplaçons les paysages luxuriants par des monocultures nuisibles. Nous remplissons l’atmosphère de dioxyde de carbone, déchet de notre envie insatiable de plus de biens, plus de voyages, altérant comme jamais la couche d’air fragile qui enveloppe notre planète, faisant fondre nos calottes glaciaires et noyant les zones côtières avec leurs habitants, humains ou non.2 Nous abattons les forêts comme s’il n’y avait pas de lendemain où nous aurons besoin de l’oxygène qu’elles produisent.

Les propos de ce genre suscitent souvent des réactions d’incrédulité. Le problème est que personne d’entre nous, de là où il se trouve, n’est en mesure d’appréhender l’ampleur de la crise. Mais soyons attentifs aux rapports de plus en plus nombreux émanant de la communauté scientifique, analysons l’actualité avec un esprit critique, examinons les rouages de l’économie mondiale, écoutons la voix de ceux qui parlent au nom des sans-voix – les personnes opprimées, défavorisées, marginalisées, mais aussi les animaux et les plantes. Ecoutons les dirigeants d’Eglises, en particulier le patriarche œcuménique Bartholomée, ou le Mouvement de Lausanne, ou encore, plus récemment, le pape François qui dans son encyclique Laudato Si appelle à « entrer en dialogue avec tous au sujet de notre maison commune ». L’image se précise de manière effrayante : notre planète, notre seule demeure dans cet univers, est d’ores et déjà un lieu plus ou moins inhospitalier.

La Bible a-t-elle quelque chose à dire au sujet de cette crise ? La pression écologique causée par l’avidité humaine et la pression économique qui s’ensuit n’étaient absolument pas inconnues aux temps bibliques. Mais l’ampleur de notre problème est sans précédent, en raison de la double « réussite » qui est la nôtre : l’augmentation de la population et le développement des nouvelles technologies. Or c’est précisément parce que la Bible est l’histoire de Dieu, de l’humanité et du monde, qu’elle contient de précieux conseils, avertissements et motifs d’espérance. Dans cette méditation biblique, nous allons nous concentrer sur quelques-uns des grands thèmes qu’évoque le Psaume 8.

La terre appartient à Dieu, le Créateur

Tout comme la Bible, le Psaume 8 s’ouvre sur une affirmation de la suprématie de Dieu, le Créateur.

Seigneur, notre Seigneur, que ton nom est magnifique sur toute la terre,
toi qui te rends plus éclatant que le ciel !
Nous pouvons observer le ciel nocturne et nous émerveiller. L’étoile la plus proche, mise à part la nôtre, se situe à une distance de 4,2 années-lumière, soit quelque 40 millions de millions de kilomètres. Notre seule galaxie comporte plus de 100 000 millions d’étoiles et elle n’est qu’une parmi des millions de galaxies, dont certaines sont bien plus grandes que la nôtre. Quand à l’œil nu nous explorons le ciel, nous sommes émerveillés. Quand avec nos télescopes nous explorons le ciel, nous restons totalement sans voix.

Mais nous pouvons aussi regarder beaucoup plus près de chez nous, contempler la mosaïque fascinante de la vie sur cette petite planète insignifiante. Les scientifiques estiment qu’il existe aujourd’hui environ 8,7 millions d’espèces vivantes différentes, dont seules 1,5 million ont été décrites et classifiées.

Chacun de ces éléments, depuis les galaxies jusqu’aux microbes, fait partie, selon notre Psaume, de « l’œuvre des doigts de Dieu… », des « œuvres des mains de Dieu » :

ton ciel, œuvre de tes doigts, la lune et les étoiles…
les œuvres de tes mains… moutons et chèvres, bœufs, tous ensemble, et même les bêtes sauvages, les oiseaux du ciel et les poissons de la mer, tout ce qui parcourt les sentiers des mers.
Cette planète, de même que l’univers tout entier, appartient à Dieu en tant que Créateur. Nous ne sommes pas propriétaires du moindre centimètre carré. Comme le dit Psaume 24.1-2,

c’est au Seigneur qu’appartient la terre, avec tout ce qui s’y trouve,
le monde avec tous ceux qui l’habitent.
Toute revendication humaine – qu’elle soit personnelle, ethnique ou nationale – d’une quelconque partie du sol, de la mer, des ressources biologiques ou minérales est radicalement remise en question par cette perspective qui traverse l’Ecriture dans sa totalité.3

L’humanité occupe une position privilégiée et de responsabilité

Dans notre Psaume, le poète passe de l’émerveillement devant la création de Dieu à l’étonnement devant la position privilégiée accordée aux humains que nous sommes.

Qu’est-ce que l’homme pour que tu te souviennes de lui,
qu’est-ce que l’être humain, pour que tu t’occupes de lui ?
Tu l’as fait un peu inférieur à un dieu,
tu l’as couronné de gloire et de magnificence.
Tu lui as donné la domination sur les œuvres de tes mains,
tu as tout mis sous ses pieds.
Dans notre étonnement devant la beauté et la magnificence multiformes de la création de Dieu, notre pensée se tourne vers nous-mêmes. Malgré notre insignifiance à l’échelle de l’univers, nous sommes aussi frappés, en lisant le récit de la création auquel notre Psaume fait écho ici, par la position unique et puissante accordée au genre humain. Ce Créateur tout-puissant nous a confié la responsabilité de toutes ses œuvres ! Juste un peu inférieurs à un dieu !

Mais marquons un temps d’arrêt ici avant que nous ne soyons emportés par l’orgueil et le sens de notre propre importance.

Tu lui as donné la domination sur les œuvres de tes mains,
tu as tout mis sous ses pieds,
moutons et chèvres, bœufs, tous ensemble,
et même les bêtes sauvages,
les oiseaux du ciel et les poissons de la mer,
tout ce qui parcourt les sentiers des mers.


Si Dieu nous a créés à son image, et qu’il nous a donné la domination sur les œuvres de ses mains, sur ce qui lui appartient en tant qu’artisan, alors cela nous renseigne sur la façon dont nous étions supposés exercer cette domination : à la manière de Dieu, en agissant pour Dieu ! Toute notre interaction avec ce que Dieu a créé, qu’il s’agisse d’objets animés ou inanimés, doit donc consister à agir à la manière de Dieu, or Dieu est amour. Dieu agit pour le plus grand bien de ses créatures, de sa création. Selon le deuxième chapitre de la Genèse, la tâche du genre humain consiste à « garder et cultiver » le jardin. Là aussi nous avons agi exactement comme dans tous les domaines de notre vie : nous avons suivi nos propres voies.

Nous avons usurpé les droits qui reviennent à Dieu seul, agissant non en mandataires mais en propriétaires absolus. C’est ainsi que nous présidons actuellement à la destruction systématique du tissu vital de notre planète, de ses habitats naturels ainsi que des plantes et des créatures qui les occupent. En tant qu’espèce, sommes-nous coupables à la fois d’orgueil et de manquement à nos devoirs ?

Sommes-nous en train de jouer à un petit jeu très risqué, pariant chacun sur le fait que quelqu’un d’autre prendra l’initiative de se ranger, de ralentir, de mettre un frein à l’exploitation des ressources et à la pollution atmosphérique par le dioxyde de carbone, afin que nous puissions tranquillement continuer à nous enrichir et à accroître notre confort ? Les meilleures recherches nous enseignent que c’est là un enjeu auquel notre génération actuelle devra répondre.

Soit nous trouvons une solution, soit la terre que nous laisserons à nos enfants et à nos petits-enfants sera un lieu extrêmement différent et infiniment moins hospitalier. Rien d’étonnant donc à ce que le mouvement de préservation de l’environnement ait considère les textes bibliques qui parlent de la « domination » de l’humanité et du mandat de « remplir et soumettre la terre » comme criminellement responsables des dégâts causés par les sociétés occidentales.4

Jésus remplit le rôle que l’humanité a délaissé

Le Psaume 8 nous apporte encore d’autres éclairages car il a déjà été repris par certains des tout premiers chrétiens, qui l’ont appliqué à Jésus. Hébreux 2.6-9 déclare :

Mais quelqu’un a rendu quelque part ce témoignage :
« Qu’est-ce que l’homme, pour que tu te souviennes de lui ?
Qu’est-ce que le fils de l’homme, pour que tu t’occupes de lui ?
Tu l’as fait un peu inférieur aux anges,
tu l’as couronné de gloire et d’honneur,
tu as tout mis sous ses pieds. »
En lui soumettant tout, en effet, il n’a rien laissé qui ne lui soit soumis. Maintenant, certes, nous ne voyons pas encore que tout lui est soumis, cependant nous voyons celui qui a été fait un peu inférieur aux anges, Jésus, couronné de gloire et d’honneur, à cause de la mort qu’il a soufferte ; ainsi, par la grâce de Dieu, il a goûté la mort pour tous.
Jésus est celui qui, en tant qu’être humain, accomplit le dessein de Dieu pour l’humanité. Il est celui qui est capable de dominer sur toutes choses au nom de Dieu et selon le caractère de Dieu. Mais pour Jésus, le chemin de cette gloire est passé par la croix.

Le Nouveau Testament fourmille d’affirmations selon lesquelles en Jésus, en celui qui est tout ce que les êtres humains étaient supposés être, le règne de Dieu sur le monde entier débouchera sur la réconciliation et le renouveau. Jean 3.16 déclare que « Dieu a tant aimé le cosmos qu’il a donné son Fils unique… ». Et voici les paroles de l’apôtre Paul : « Dieu était dans le Christ, réconciliant le cosmos avec lui-même. (2 Cor 5.19) Car il a plu à Dieu de faire habiter en lui toute plénitude et, par lui, de tout réconcilier avec lui-même, aussi bien ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix. » (Col 1.19-20)

En Jésus, toute la terminologie ancienne de la « domination », du « règne », trouvent leur accomplissement. Jésus est le second Adam, le début d’une nouvelle lignée humaine qui réaffirme le règne de la vie et de la grâce de Dieu en lieu et place du règne de la mort que le premier Adam et nous, ses successeurs, avons exercé. … Il a tout mis sous ses pieds et l’a donné comme tête, au-dessus de tout, à l’Eglise qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous. (Eph 1.22-23) Si, par la faute d’un seul, la mort a régné par lui seul, à bien plus forte raison ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce et du don de la justice régneront-ils dans la vie par le seul Jésus-Christ. (Rom 5.17)

Le dessein de Dieu est de restaurer les cieux et la terre

Contrairement à la vieille chanson « This world is not my home, I’m just a-passing through » [Ce monde n’est pas ma maison, je ne suis qu’un passant], la Bible affirme que ce monde est notre maison, et qu’il a un avenir et une espérance.

Romains 8 évoque le malaise présent de la création et son avenir en ces termes :

Car la création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu. En effet, la création a été soumise à la futilité – non pas de son propre gré, mais à cause de celui qui l’y a soumise – avec une espérance : cette même création sera libérée de l’esclavage du périssable pour avoir part à la liberté glorieuse des enfants de Dieu. (Rom 8.19-21)
L’espérance future de la création est intimement liée à notre découverte de qui nous sommes réellement. Le modèle de notre avenir et de celui de l’ensemble de la création est la résurrection de Jésus, comme Paul le montre en 1 Corinthiens 15.

L’Apocalypse présente la vision donnée à Jean de la fin de toutes choses et de l’avènement du règne de Dieu ; il n’y est aucunement question de personnes s’envolant vers le ciel pour y jouer de la harpe, assis dans les nuages. Lisons plutôt :

Et je vis descendre du ciel, d’auprès de Dieu, la ville sainte, la Jérusalem nouvelle, prête comme une mariée qui s’est parée pour son mari. J’entendis du trône une voix forte qui disait : « La demeure de Dieu est avec les humains ! Il aura sa demeure avec eux, ils seront ses peuples, et lui-même, qui est Dieu avec eux, sera leur Dieu. Il essuiera toute larme de leurs yeux, la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. » (Apoc 21.2-4)
Voilà l’espérance chrétienne. Voilà l’avenir de notre planète. Voilà le dessein et le règne de Dieu. Voilà ce que nous demandons lorsque nous disons « Que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel ». Et voilà pour quoi nous travaillons lorsqu’en tant qu’hommes et femmes de Dieu, en tant que personnes déjà partiellement renouvelées, nous nous saisissons de la toute première responsabilité que Dieu nous donne, qui est de garder et de cultiver la planète-jardin dans laquelle nous vivons. Plus que n’importe qui d’autre, les chrétiens devraient être à l’avant-garde de l’action et de la préservation écologiques.

Penser globalement, agir localement

Ce précepte bien connu prônant une vie intègre dans un univers mondialisé a une pertinence toute particulière pour notre responsabilité de vivre comme des acteurs de la grâce divine sur notre planète. Et il devrait avoir des conséquences pour notre engagement en tant qu’Alliance des Sociétés bibliques.

En tant que personnes, engageons-nous à vivre en faisant preuve de retenue, à adopter un mode de vie durable, à mener une vie empreinte de considération et de compassion pour le monde humain et non humain qui nous entoure :

  • Pouvons-nous réduire notre consommation ?
  • Pouvons-nous nous passer de produits plastiques ? Recycler davantage ?
  • Pouvons-nous diminuer notre consommation de carburants ?
  • Pouvons-nous devenir des acteurs d’une meilleure conscience de sa Création ?
  • Pouvons-nous devenir des acteurs du changement au service de la terre que Dieu a créée « bonne » ?
  • Pouvons-nous, forts de notre mandat de défense des Ecritures, encourager et soutenir parmi tous les chrétiens une vie de disciples radicalement écoresponsable ?
  • Pouvons-nous refléter notre responsabilité pour sa Création dans nos programmes et plans de développement ?
  • Dans quelle mesure nos bâtiments, véhicules et activités sont-ils éco-performants ?


En tant qu’individu, faisons le point sur notre manière d’utiliser les ressources de la planète :

  • Combien de dioxyde de carbone générons-nous par l’achat de papier, l’impression, les expéditions et, surtout, par nos voyages ?
  • Il existe de nombreux projets correctement vérifiés qui nous permettraient de contrebalancer notre contribution aux émissions de dioxyde de carbone qui pèsent sur l’atmosphère. Pouvons-nous devenir des avocats plus crédibles d’un traitement responsable de la création – par nos paroles et par notre exemple ?
  • Pouvons-nous devenir un avocat de la protection de sa Création à l’échelle mondiale ?
    Toutes ces mesures ont un prix. Mais le prix de l’inaction est bien plus élevé.

Le Psaume 8 se termine comme il a commencé :

Seigneur, notre Seigneur, que ton nom est magnifique sur toute la terre !

Les estimations des scientifiques sont variables. Selon l’estimation basse la plus fiable, le taux d’extinction actuel représente 120 fois le taux en milieu naturel. D’autres mesures tout à fait crédibles le considèrent comme 1 000 fois supérieur, soit une extinction d’espèce toutes les quelques heures.
2 Des projections scientifiques fiables soutiennent qu’une élévation du niveau moyen de la mer d’au moins 5 m est d’ores et déjà certaine, le seul point discutable étant à quelle vitesse elle se produira. Si nous parvenons à limiter le réchauffement moyen de l’atmosphère à 2 degrés, le niveau de la mer montera de 1,20 m d’ici la fin du siècle. La plupart des scientifiques sont convaincus que nous aurons le plus grand mal à contenir le réchauffement à 4 ou 5 degrés, et que seule une action radicale et immédiate pourra empêcher une montée du niveau de la mer de 20 m.)
3 Au Psaume 104.24, qui appartient à un autre magnifique cantique à la Création, on lit : Que tes œuvres sont nombreuses, Seigneur ! Tu les as toutes faites avec sagesse ; la terre est remplie de tout ce que tu as produit. En Job 38–41, Dieu détourne l’attention de la personne de Job pour nous donner un aperçu du pur plaisir que le Créateur prend aux créatures brutes de la terre sauvage et matérielle en tant que telle, sans aucune considération de leur importance pour les êtres humains.
4 Il existe bien sûr d’autres sociétés qui exploitent la nature sans pitié, sans avoir subi l’influence d’une vision du monde chrétienne et indépendamment de ces injonctions bibliques spécifiques. Cela ne rend pas vaine la critique selon laquelle l’Occident soi-disant « chrétien » et la culture plus vaste qu’il a engendrée se sont inspirés de ces textes pour agir en « maîtres du monde ».

(c) Alliance biblique universelle

Médias

En rapport

  • Louis Segond 1910 - La Sainte Bible

    Bible Segond 1910 gros caractères...

    1768 pages
Psaumes 8.1-10 - PDV

1. Psaume de David, pris dans le livre du chef de chorale. Avec la harpe de Gath.

2. SEIGNEUR notre Maître, ton nom est magnifique sur toute la terre ! Ta beauté dépasse la beauté du ciel.

3. Par la bouche des enfants, des tout-petits, tu affirmes ta puissance devant tes ennemis. Ainsi, tu fais taire tes adversaires qui sans cesse luttent contre toi.

4. Je regarde le ciel que tes mains ont fait, la lune et les étoiles que tu as fixées.

5. Et je me demande : Qu'est-ce que l'homme pour que tu penses à lui ? Qu'est-ce qu'un être humain pour que tu prennes soin de lui ?

6. Pourtant, tu l'as fait presque l'égal des anges, tu l'as couronné de gloire et d'honneur.

7. Tu lui donnes pouvoir sur tout ce que tu as fait, tu as tout mis à ses pieds :

8. moutons, chèvres et bœufs, tous ensemble, même les bêtes sauvages,

9. les oiseaux du ciel et les poissons de la mer, et tout ce qui passe sur les routes des mers.

10. SEIGNEUR notre Maître, ton nom est magnifique sur toute la terre !

Psaumes 24.1-2 - PDV

1. Psaume de David. Le SEIGNEUR possède le monde et ses richesses, la terre et tous ses habitants.

2. C'est lui qui l'a plantée sur les mers, il l'a fixée solidement au-dessus de l'eau.

Hebreux 2.6-9 - PDV

6. En effet, il y a cette parole : « Qu'est-ce que l'homme, ô Dieu, pour que tu penses à lui ? Qu'est-ce qu'un être humain pour que tu prennes soin de lui ?

7. Tu as placé les êtres humains en dessous des anges pendant quelque temps, tu les as couverts de gloire et d'honneur,

8. tu as tout mis à leurs pieds, sous leur autorité. » Dieu a donné aux êtres humains le pouvoir sur toutes choses. Il n'a donc rien laissé en dehors de leur pouvoir. Pourtant aujourd'hui, nous le voyons bien, les humains n'ont pas encore pouvoir sur tout.

9. Mais qu'est-ce que nous voyons aussi ? Jésus a été pendant quelque temps en dessous des anges, mais maintenant, il est couvert de gloire et d'honneur. Pourquoi ? Parce qu'il a souffert et parce qu'il est mort. Et grâce à la bonté de Dieu, Jésus est mort pour tous les êtres humains.

1 Jean 3.16-16 - PDV

16. Aimer, qu'est-ce que c'est ? Maintenant, nous le savons : Jésus a donné sa vie pour nous. Donc, nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères et nos sœurs.

2 Corinthiens 5.19-19 - PDV

19. Oui, c'est Dieu qui a réconcilié le monde avec lui, par le Christ. Il ne tient plus compte des fautes des êtres humains et il nous charge d'annoncer cette parole de réconciliation.

Colossiens 1.19-20 - PDV

19. Oui, Dieu a voulu habiter totalement dans son Fils,

20. et il a voulu tout réconcilier avec lui, par son Fils et pour son Fils. Par le sang que son Fils a versé sur la croix, Dieu a fait la paix sur la terre et dans les cieux.

Ephesiens 1.22-23 - PDV

22. Oui, Dieu a tout mis sous les pieds du Christ. Il a mis le Christ au-dessus de tout, et il l'a donné comme tête à l'Église.

23. L'Église est le corps du Christ. En elle, le Christ est totalement présent, lui en qui Dieu habite totalement.

Romains 8.19-21 - PDV

19. Oui, le monde créé par Dieu attend avec impatience le moment où Dieu montrera la gloire de ses enfants.

20. Ce monde est tombé sous le pouvoir de forces qui n'ont aucune valeur. Ce n'est pas lui qui a voulu cela, mais c'est Dieu qui l'a mis sous ce pouvoir. Pourtant, il y a encore de l'espoir pour ce monde.

21. Lui aussi, il sera libéré des forces qui le détruisent et qui le rendent esclave. Alors il participera à la liberté et à la gloire des enfants de Dieu.

1 Corinthiens 15.1 - PDV

1. Frères et sœurs chrétiens, je vous rappelle la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée. Vous l'avez reçue, et aujourd'hui encore, vous êtes attachés à elle.

2. Cette Bonne Nouvelle vous sauve, si vous la gardez comme je vous l'ai annoncée, sinon, votre foi ne sert à rien.

3. Je vous ai donné avant toutes choses l'enseignement que j'ai reçu moi-même : le Christ est mort pour nos péchés, comme les Livres Saints l'avaient annoncé.

4. On l'a mis au tombeau, et le troisième jour, Dieu l'a réveillé de la mort, comme les Livres Saints l'avaient annoncé.

5. Il s'est montré à Pierre puis aux douze apôtres.

6. Ensuite, il s'est montré à plus de 500 frères et sœurs à la fois. Presque tous sont encore vivants, quelques-uns sont morts.

7. Ensuite, il s'est montré à Jacques, puis à tous les apôtres.

8. Finalement, après les autres, il s'est montré à moi aussi, à moi qui le méritais le moins.

9. Oui, je suis le plus petit des apôtres. Je ne mérite même pas de porter le nom d'apôtre, parce que j'ai fait souffrir l'Église de Dieu.

10. Mais grâce à l'amour de Dieu, je suis devenu l'homme que je suis, et cet amour a donné de bons résultats en moi. J'ai travaillé plus que tous les apôtres. En réalité, ce n'est pas moi qui ai travaillé, c'est l'amour de Dieu qui agit en moi.

11. En tout cas, que cela vienne de moi ou d'eux, voilà la Bonne Nouvelle que nous annonçons et voilà ce que vous avez cru.

12. Nous annonçons que le Christ s'est réveillé de la mort. Pourtant, parmi vous, certains disent : « Les morts ne se relèveront plus. » Comment peuvent-ils dire cela ?

13. Si les morts ne se relèvent plus, le Christ non plus ne s'est pas réveillé de la mort.

14. Et si le Christ ne s'est pas réveillé de la mort, nous n'avons rien à annoncer, et vous n'avez rien à croire.

15. Si vraiment les morts ne se réveillent pas, cela veut dire que Dieu n'a pas réveillé le Christ de la mort. Dans ce cas, nous sommes de faux témoins de Dieu. En effet, nous avons été témoins contre Dieu, en affirmant qu'il a réveillé le Christ de la mort.

16. Si les morts ne se réveillent pas, le Christ non plus ne s'est pas réveillé de la mort.

17. Et si le Christ ne s'est pas réveillé de la mort, votre foi est vide, et vous êtes encore dans vos péchés.

18. Alors, ceux qui sont morts en croyant au Christ sont perdus.

19. Si nous avons mis notre espérance dans le Christ pour cette vie seulement, nous sommes les plus malheureux de tous !

20. Mais en réalité, le Christ s'est réveillé du milieu des morts. Parmi les morts, le Christ s'est réveillé le premier, pour que les autres morts se réveillent aussi.

21. C'est par un homme, Adam, que la mort est venue. C'est aussi par un homme, le Christ, que les morts se relèvent.

22. Tous les êtres humains meurent, parce qu'ils sont unis à Adam. De même, tous vont recevoir la vie, parce qu'ils sont unis au Christ,

23. mais chacun à son rang. Le Christ, le premier, s'est déjà réveillé de la mort. Ensuite, ceux qui sont au Christ se réveilleront quand il viendra.

24. Puis, à la fin, le Christ détruira toutes les forces mauvaises qui ont puissance et autorité sur nous. Alors il remettra son pouvoir de roi à Dieu le Père.

25. À ce moment-là, Dieu mettra tous ses ennemis sous les pieds du Christ. En attendant, il faut que le Christ ait tout pouvoir.

26. Le dernier ennemi qui sera détruit, c'est la mort.

27. Oui, « Dieu a tout mis sous ses pieds ». Mais quand le Christ dira : « Maintenant, tout est en mon pouvoir », cela voudra dire : tout, sauf Dieu. En effet, c'est Dieu qui donne au Christ le pouvoir sur toutes choses.

28. Oui, c'est Dieu qui lui donnera tout pouvoir. Et quand le Fils aura pouvoir sur toutes choses, alors lui-même sera sous le pouvoir de Dieu. Ainsi, Dieu sera tout entier en tous.

29. Certains se font baptiser pour les morts. À quoi cela leur sert-il ? En tout cas, si les morts ne se réveillent pas, pourquoi ces gens-là se font-ils baptiser à leur place ?

30. Et nous, pourquoi est-ce que nous menons sans arrêt une vie dangereuse ?

31. Je risque la mort tous les jours. C'est vrai, frères et sœurs, aussi vrai que je suis fier de vous dans le Christ Jésus, notre Seigneur.

32. À Éphèse, j'ai lutté contre des gens, de vraies bêtes sauvages. Si c'est seulement pour des raisons humaines, qu'est-ce que j'ai gagné ? Si les morts ne se réveillent pas, « mangeons et buvons, car demain nous mourrons ».

33. Attention ! « Les mauvais amis poussent à faire le mal. »

34. Retrouvez votre bon sens, il le faut, et ne péchez pas ! Oui, il y en a parmi vous qui ne connaissent pas Dieu. Je dis cela, et c'est une honte pour vous.

35. Mais quelqu'un peut demander : comment les morts se réveillent-ils ? Quelle sorte de corps vont-ils avoir ?

36. Réfléchis donc ! Quand tu sèmes une graine, elle doit d'abord mourir avant de devenir une plante vivante.

37. Et qu'est-ce que tu sèmes ? Tu ne sèmes pas la plante qui va pousser, tu sèmes seulement une graine, peut-être un grain de blé ou une autre semence.

38. Ensuite, Dieu donne à cette graine le corps qu'il veut, et il donne à chaque graine le corps qui est le sien.

39. Aucune chair ne ressemble à une autre. Il y a une différence entre la chair des humains et la chair des animaux, entre la chair des oiseaux et la chair des poissons.

40. Il y a aussi des corps célestes et des corps terrestres. Mais la beauté des corps célestes n'est pas la même que la beauté des corps terrestres.

41. La beauté du soleil n'est pas la beauté de la lune, et leur beauté n'est pas celle des étoiles. Et même chaque étoile a une beauté différente de celle des autres étoiles.

42. Quand les morts se relèveront, ce sera la même chose. Ce qu'on met dans la terre comme une graine, c'est un corps qui doit pourrir. Mais quand il se réveille de la mort, il ne peut plus pourrir.

43. Ce qu'on met dans la terre, c'est un corps qui ne vaut plus rien. Mais quand il se réveille de la mort, il est plein de gloire. Ce qu'on met dans la terre, c'est un corps faible. Mais quand il se réveille de la mort, il est plein de force.

44. Le corps qu'on met dans la terre comme une graine, c'est un simple corps humain. Mais quand il se réveille de la mort, l'Esprit Saint lui donne la vie. Il y a donc un corps qui est un simple corps humain. Mais il y a aussi un corps qui reçoit la vie de l'Esprit Saint.

45. Dans les Livres Saints, on lit : « Adam, le premier homme, c'est un simple être humain qui a reçu la vie. » Le dernier Adam est rempli de l'Esprit Saint, qui donne la vie.

46. Ce qui vient d'abord, ce n'est pas l'être qui vit par l'Esprit Saint, c'est le simple être humain. L'être qui vit par l'Esprit Saint vient après.

47. Dieu a modelé le premier homme avec de la terre. Cet homme-là vient de la terre, mais le deuxième homme vient du ciel.

48. Ceux qui viennent de la terre sont comme celui que Dieu a modelé avec de la terre. Ceux qui viennent du ciel sont comme celui qui est venu du ciel.

49. Nous avons ressemblé d'abord à l'homme modelé avec de la terre. Plus tard, nous ressemblerons aussi à l'homme qui vient du ciel.

50. Frères et sœurs chrétiens, voici ce que j'affirme : ce qui est fait de chair et de sang ne peut pas participer au Royaume de Dieu. Et ce qui doit pourrir ne peut pas posséder la vie qui ne finit pas.

51. Maintenant, je vais vous dire une chose mystérieuse : nous ne mourrons pas tous, mais tous, nous serons transformés.

52. Cela se fera très vite, en un clin d'œil, quand la trompette sonnera le dernier jour. Oui, la trompette sonnera. Alors les morts se réveilleront pour une vie qui ne finit pas, et nous, nous serons transformés.

53. En effet, ce qui pourrit doit recevoir la vie qui ne finit pas. Et ce qui meurt doit recevoir la vie qui dure toujours.

54. Quand cela arrivera, ce qui doit pourrir recevra la vie qui ne finit pas. Et ce qui doit mourir recevra la vie qui dure toujours. Donc, tout se passera comme les Livres Saints le disent : « Une victoire totale a fait disparaître la mort.

55. Mort, où est ta victoire ? Mort, où est ton arme ? »

56. L'arme de la mort, c'est le péché, et la loi rend le péché plus puissant.

57. Mais remercions Dieu qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ.

58. Alors, mes frères et mes sœurs très aimés, soyez forts, soyez solides ! Travaillez toujours mieux au service du Seigneur. Vous le savez, en le servant, vous ne travaillez pas pour rien.

Apocalypse 21.2-4 - PDV

2. Et je vois la ville sainte, la Jérusalem nouvelle. Elle descend du ciel, envoyée par Dieu. Elle s'est faite belle comme une jeune mariée qui attend son mari.

3. Alors j'entends une voix forte qui vient du siège royal. Elle dit : « Maintenant, la maison de Dieu est au milieu des êtres humains. Il va habiter avec eux. Ils seront ses peuples, Dieu lui-même sera avec eux et il sera leur Dieu.

4. Il essuiera toutes les larmes de leurs yeux. La mort n'existera plus, il n'y aura plus ni deuil, ni cris, ni souffrance. Oui, le monde ancien a disparu. »

Job 38.1 - PDV

1. Alors du milieu de la tempête, le SEIGNEUR a répondu à Job. Il lui a dit :

2. « Toi qui rends mes projets obscurs en parlant comme un ignorant, qui es tu ?

3. Prépare-toi ! Sois un homme ! Je vais te poser des questions, et tu me donneras des explications. »

4. « Où étais-tu quand je plaçais la terre sur ses fondations ? Si tu sais la vérité, renseigne-moi.

5. Qui a décidé ses dimensions, est-ce que tu le sais ? Qui a tendu la corde pour la mesurer ?

6. Les piliers qui portent la terre s'enfoncent sur quoi ? Qui a posé sa dernière pierre

7. quand les étoiles du matin chantaient toutes ensemble, quand les habitants du ciel lançaient leurs cris de joie ?

8. « Quand la mer est sortie en jaillissant du ventre de la terre, qui a fermé les portes pour la retenir ?

9. C'est moi ! Et je l'ai couverte de nuages, je l'ai enveloppée dans un pagne de brume.

10. J'ai arrêté sa course, j'ai mis une limite, en fermant les portes avec des verrous.

11. J'ai dit à la mer : “Tu viendras jusqu'ici ! Tu n'iras pas plus loin ! Oui, tes vagues orgueilleuses s'arrêteront là ! ”

12. « Une seule fois dans ta vie, est-ce que tu as donné au jour l'ordre de se lever ? Est-ce que tu as dit à l'aurore :

13. “Prends la terre par ses bords et secoue-la comme un tapis, pour faire tomber les gens mauvais.”

14. À l'aurore, la terre devient rose comme une poterie d'argile, brodée comme un vêtement de fête.

15. Les gens mauvais sont privés d'obscurité, ils ne peuvent plus lever le bras pour frapper.

16. « Est-ce que tu es déjà allé jusqu'aux sources de la mer ? Est-ce que tu t'es promené au fond de l'océan ?

17. Est-ce que tu as vu l'entrée du monde des morts ? As-tu aperçu ses portes ?

18. Est-ce que tu as une idée de la grandeur du monde ? Si tu sais tout cela, renseigne-moi.

19. « Où habite la lumière ? Et la nuit, où loge-t-elle ?

20. Est-ce que tu peux les reconduire chez elles et reconnaître le chemin de leur maison ?

21. Tu le sais parfaitement, toi qui es né depuis si longtemps !

22. « Est-ce que tu es allé jusqu'aux réserves de neige ? Est-ce que tu as vu les greniers de grêle ?

23. Je les ai gardés pour les temps de malheur, pour les jours de combat, pour les temps de guerre.

24. D'où vient la lumière ? Par où passe le vent d'est pour souffler sur la terre ? Est-ce que tu le sais ?

25. « Qui a ouvert un passage à la pluie ? Qui a tracé la route de l'éclair et du tonnerre ?

26. Qui fait tomber l'eau sur une terre sans habitants, sur un pays désert où il n'y a personne ?

27. Qui fait pleuvoir pour inonder un sol très sec, pour faire germer l'herbe et la faire pousser ?

28. Est-ce que la pluie a un père ? Qui a mis au monde les gouttes de rosée ?

29. Est-ce que la glace a une mère ? Qui a mis au monde la fine couche de glace ?

30. À ce moment-là, l'eau devient dure comme pierre, et sa surface ne forme qu'un seul bloc.

31. « Regarde les groupes d'étoiles : Est-ce que tu peux attacher ensemble les Pléiades, desserrer les cordes d'Orion ?

32. Est-ce que tu peux faire apparaître les étoiles au bon moment, conduire la grande Ourse et la petite Ourse ?

33. Est-ce que tu connais les lois qui gouvernent le ciel ? Est-ce toi qui diriges leur action sur la terre ?

34. « Est-ce que tu cries tes ordres aux nuages pour être trempé de pluie ?

35. Quand les éclairs jaillissent, est-ce toi qui les envoies ? Est-ce qu'ils t'obéissent ?

36. Qui a mis la sagesse dans l'oiseau sacré du Nil ? Qui a donné au coq l'intelligence ?

37. Qui est capable de compter les nuages et de vider les réserves d'eau du ciel ?

38. À ce moment-là, la poussière devient un fleuve de boue, et des mottes de terre se forment dans les champs. »

39. « Est-ce toi qui attrapes un animal pour la lionne ? Est-ce toi, qui rassasies les jeunes lions

40. assis au fond de leurs abris, prêts à attaquer dans les buissons ?

41. Est-ce toi qui prépares la nourriture pour le corbeau, quand ses petits crient vers Dieu, et vont dans tous les sens, mourant de faim ? »

Psaumes 104.24 - PDV

24. Tu as fait beaucoup de choses, SEIGNEUR, tu les as toutes faites avec sagesse. La terre est remplie de ce que tu as créé.

25. Voici la mer : elle est immense et s'étend partout. Les animaux, petits et grands, remuent en elle. Qui peut les compter ?

26. Là, des bateaux vont et viennent avec Léviatan que tu as formé pour jouer avec lui.

27. Tous comptent sur toi pour avoir à manger au bon moment.

28. Tu leur donnes la nourriture, ils la prennent, tu ouvres la main, ils mangent à leur faim.

29. Tu caches ton visage, ils ont très peur. Tu leur enlèves le souffle de la vie, ils meurent et redeviennent poussière.

30. Tu leur rends ton souffle, ils sont recréés, et tout devient nouveau sur le sol.

31. Que la gloire du SEIGNEUR dure toujours, que le SEIGNEUR se réjouisse de ce qu'il a fait !

32. Il regarde la terre et elle tremble. Il touche les montagnes, elles sont couvertes de fumée.

33. Toute ma vie, je veux chanter pour le SEIGNEUR, je veux jouer pour mon Dieu, tant que je vivrai.

34. Que mes paroles plaisent au SEIGNEUR ! Moi, je suis dans la joie à cause de lui.

35. Ceux qui font du mal, qu'ils disparaissent de la terre ! Que les gens mauvais n'existent plus ! Oui, je veux remercier le SEIGNEUR. Chantez la louange du SEIGNEUR !

Faites un don

Faites un don

Associez-vous à nos actions, faites un don

Pour faire un don au tritre de l'impôt sur le revenu, cliquez ici Notre Fondation Bible & Culture est également habilitée à recevoir les dons dans le cadre de l 'ISF

Nos projets en France et à l'international

Découvrez les 5 traductions de la Bible réalisées par l'Alliance biblique française sur Editionsbiblio.fr

La Bible en français courant - Gros caractères
Avec les deutérocanoniques La Bible en français courant - Gros caractères Auteur : Collectif
Prix : 41.00 EUR
La Nouvelle Bible Segond - Edition d
Edition d’étude La Nouvelle Bible Segond - Edition d'étude Auteur : Collectif
Prix : 46.50 EUR
La Sainte Bible « Colombe » Notes intégrales
Segond révisée 1978 (Colombe) La Sainte Bible « Colombe » Notes intégrales Auteur : Collectif
Prix : 30.95 EUR
La Bible Parole de Vie - Standard
Avec les deutérocanoniques La Bible Parole de Vie - Standard Auteur : Collectif
Prix : 13.95 EUR
La Bible TOB - Notes intégrales
Notes intégrales La Bible TOB - Notes intégrales Auteur : Collectif
Prix : 140.00 EUR