s.

scribe

Le mot scribe (sopheret shoteren hébreu ; grammateusen grec) désigne à l’origine un comptable, capable d’enregistrer les entrées et sorties de produits dans un magasin, un secrétairequi sait écrire une lettre, un fonctionnairequi publie les décrets du roi et qui rédige des codes, des annales ou des traités internationaux. Dès l’apparition de l’écriture ( 3150 av. J.-C.), le scribe occupe une place importante dans la société antique.

 

Sous David et Salomon, le titre de scribe qualifie l’un des six plus grands fonctionnaires du royaume (cf. 2S 8.15ss ; 20.23ss ; 1R 4.1s). Son rang équivaut à celui d’un ministre. A l’époque du roi Joas, on mentionne un scribe royal (2R 12.11) qui aide le grand prêtre à tenir la comptabilité du temple*. Jérémie 32.6-16 décrit ce qu’on peut appeler la fonction notariale du scribe : rédaction des actes juridiques, tels les testaments, les actes de propriété, les lettres de répudiation. En règle générale, le scribe est un secrétaire qui, sous la dictée d’un auteur, inscrit sur un support un texte religieux, politique ou littéraire, ou un copiste qui reproduit un écrit antérieur. A partir de l’exil, la fonction du scribe va évoluer sensiblement en Israël. Le scribe devient le spécialistede l’étude de la loi*(ainsi Esdras nommé scribe de la loi du Dieu du cielen 7.12n), de son interprétationet de son applicationaux diverses circonstances de la vie. En copiant un texte, le scribe pourra y insérer des commentaires, en marge du manuscrit, ou en proposer une interprétation actualisante.

 

La lecture de la Torah étant le fondement du judaïsme postexilique, on comprend que les scribes aient joui dès cette époque d’un important prestige. Le titre de rabbi(grand, maître) qu’on leur accorde atteste cette renommée. Les rabbis se réclament de l’autorité de Moïse (cf. Mt 23.2). Dans la société juive, ils sont en quelque sorte les successeurs des prophètes, qui connaissent et proclament la volonté divine. Ils s’inscrivent aussi dans le courant de la littérature de sagesse. A ce titre, ils peuvent intervenir dans les tribunaux, en qualité d’experts. Leur responsabilité consiste également à « former de nombreux élèves », selon la formule de la Grande Synagogue (Talmud*, AbothI,1), qui seront les futurs chaînons dans la transmission de la tradition.

 

Dans le Nouveau Testament, l’opposition des scribes au Christ était inéluctable puisqu’il n’a pas, selon eux, acquis le savoir livresque nécessaire. C’est surtout l’Evangile selon Marcqui met en avant leur hostilité au Seigneur. Il fustige leur hypocrisie(Mc 12.38ss) et démontre qu’ils sont capables d’oblitérer la loi divine par leurs traditions humaines (ce qui deviendra la « loi orale » dans le judaïsme rabbinique ; cf. Mc 7.9). Chez Matthieu, le tableau est légèrement différent. Les scribes sont, semble-t-il, assimilés en grande partie aux pharisiens*, qui sont devenus après la chute du temple les représentants quasi uniques du judaïsme. Ainsi le scribe qui en Marc 12.28ss demande à Jésus quel est le premier de tous les commandements et se voit gratifier d’une parole d’approbation du Seigneur est-il présenté en Matthieu 22.34 comme un pharisien malveillant (voir aussi Mt 9.34 ; 12.24 ; 21.45 ; 22.41 où les pharisiens prennent la place des scribes). Cette présentation pourrait s’expliquer par le fait que l’Evangile selon Matthieu, qui s’appuie souvent sur l’interprétation des textes de l’Ancien Testament, a été rédigé par un scribe devenu disciple (cf. Mt 13.52 ; 23.34). De même le silence de Matthieu (ainsi en 9.11 ; 12.14 ; 17.14 ; 21.23 ; 22.41 ; 26.3,47 ; 27.1) dans des textes où le scribe apparaissait, chez Marc, comme un ennemi du Christ. Enfin, les termes de nomikos(spécialiste de la loi) et de nomodidaskalos(maître de la loi), surtout utilisés par Luc, attestent eux aussi le renforcement de l’autorité et du pouvoir des scribes dès la deuxième partie du premier siècle.

Découvrez les 5 traductions de la Bible réalisées par l'Alliance biblique française sur Editionsbiblio.fr

La Bible en français courant - Gros caractères
Avec les deutérocanoniques La Bible en français courant - Gros caractères Auteur : Collectif
Prix : 41.00 EUR
La Nouvelle Bible Segond - Edition d
Edition d’étude La Nouvelle Bible Segond - Edition d'étude Auteur : Collectif
Prix : 46.50 EUR
La Sainte Bible « Colombe » Notes intégrales
Segond révisée 1978 (Colombe) La Sainte Bible « Colombe » Notes intégrales Auteur : Collectif
Prix : 30.95 EUR
La Bible Parole de Vie - Standard
Avec les deutérocanoniques La Bible Parole de Vie - Standard Auteur : Collectif
Prix : 13.95 EUR
La Bible TOB - Notes intégrales
Notes intégrales La Bible TOB - Notes intégrales Auteur : Collectif
Prix : 140.00 EUR

Programmes de lecture les plus lus